Comme nous l’avons raconté dans le post précédent, Milo est tombé malade à Airlie Beach. Il a commencé à prendre des antibiotiques pour traiter une pharyngite dès le matin suivant après avoir vu un médecin généraliste.

Un peu plus de 48 heures plus tard, son état ne s’était pas du tout amélioré. Il avait toujours de la fièvre à 40°, avait beaucoup vomi (que du bonheur en camping-car !), il ne mangeait plus rien, buvait seulement quelques gorgées d’eau (par 40 ° dehors, nous avions peur qu’en plus de sa pharyngite, il souffre de déshydratation). Les maux de tête étaient toujours présents et il ne pouvait plus du tout bouger sa nuque... Nous étions de plus en plus inquiets et j’ai commencé à me demander, au vu de ces signes, s’il n’avait pas une méningite…

Après quelques tergiversations, nous avons pris la décision de nous rendre aux urgences pour avoir un 2ème avis. Nous avons alors contacté l’assistance médicale que nous avons grâce à notre carte bleue (Vive visa !!) et j’ai eu un médecin au téléphone qui m’a dit d’y aller.

Nous avons donc eu « le plaisir » :( de passer notre soirée aux urgences de l’hôpital de Rockhampton. Verdict : amygdalite aiguë.

En fait, ses amygdales étaient tellement enflées, ainsi que les ganglions lymphatiques du cou, qu’il ne pouvait plus du tout bouger la tête. La prise de sang a confirmé une infection bactérienne importante. On nous a alors expliqué qu’ils allaient devoir garder Milo pour lui administrer des antibiotiques par voie intraveineuse. 24 heures ou plus… en fonction de sa réaction au traitement. Ils nous ont orientés vers le service de pédiatrie. Là, j’avoue que j’ai eu un petit moment de panique à me demander comment on allait bien pouvoir faire : et le camping-car ? Et qui allait rester avec Milo car il ne comprend pas l’anglais ? Et Louison dans tout ça ? Puis, je me suis dit que ce n’était pas une méningite et que cela aurait pu être plus grave et que tout est une question d’organisation ;)

Finalement, une pédiatre est venue l’examiner, elle a jugé que son état lui permettait de ne pas être hospitalisé… ouf ! Ils lui ont donné une forte dose d’antibiotiques par voie intra veineuse, et on est reparti avec une prescription d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires pour 10 jours.

Même si je me serais bien passée d’un passage aux urgences en Australie, je dois reconnaitre que ma curiosité professionnelle était attisée. J’ai trouvé que le service était bien organisé. Ce n’était finalement pas si différent de nos services d’urgences. Ils ont tous été très pro, prenant soin de bien tout nous expliquer (ils voyaient bien que l’on était un peu perdu…) et très très doux avec Milo. Rien à redire. On est ressorti à 22h30 en étant arrivés à 18h (même timing qu’en France !...)

Pour info, un passage aux urgences sans soin particulier coûte au minimum 730 dollars australien (500 euro). Nous nous en sommes sortis pour 860 dollars. Nous sommes contents d’être partis avec une assurance couvrant les frais médicaux !

La nuit suivante fut déjà bien meilleure et dès le lendemain matin, Milo pouvait de nouveau manger et chahuter avec Margaux.

Pour retrouver toutes nos forces (nous en avions bien besoin après ces quelques jours éprouvants), nous sommes allés manger un énooorme morceau de bœuf dans un des meilleurs restos de Rockhampton (c’est « La » ville d’éleveurs de bœuf en Australie). C’était magique pour des amateurs de viande…. j’ai eu une petite pensée pour mon papa ;)

Le morceau devait faire près de 7 cm d’épaisseur et était déposé sur un morceau de roche volcanique brulant. On coupait ainsi la viande par petites tranches et la cuisait à notre convenance. Somptueux !

 Louison, pour ne pas être en reste, a eu au milieu de tout cela un peu de fièvre lui aussi... Mais c’est passé tout seul... C’était peut-être les dents ?

Par ailleurs, il a réussi à se mettre sur le ventre pour la première fois. En effet, depuis le premier camping-car, nous nous sommes organisés pour lui trouver un endroit assez ferme pour le poser et qu’il puisse faire ses petites expériences de motricité… ça a bien marché !

Sandrine

 

J’ajouterai juste que la route de Airlie Beach à Rockhampton a été à peu près aussi passionante que la partie précédente, à tel point qu’il y a des panneaux qui vous incitent à jouer à des jeux de questions pour ne pas vous endormir. Heureusement, nous traversions parfois des forêts calcinées, dans lesquelles subsistaient quelques fumeroles, ce qui faisait une attraction non négligeable. Et surtout, nous avons Magic System à fond dans l’auto radio (merci Sam et Lucie !)

François.

 

Quand Milo était malade c’était pas du tout super parce que je ne pouvais pas du tout jouer avec lui, je ne pouvais pas non plus aller dans la piscine avec lui, je ne pouvais rien faire avec lui, donc j’ai passé les 4 jours à attendre sans rien faire. Mais quand il n’était plus malade, on a pu jouer. Quand Milo était malade, on est allé aux urgences et on lui a mis une piqure dans la main. Milo disait que ça faisait très mal, mais moi je n’ai pas eu la piqure, surtout qu’au lieu de regarder Milo, j’ai regardé la télé. Le soir, on est allé se coucher dans le camping et pendant tout le reste du temps, Milo a pris des antibiotiques. Et quand on lui a mis la piqure dans la main, on lui a mis un antibiotique dans la piqure pour que ça aille tout de suite dans le sang et qu’il ne le vomisse pas.

Margaux

 

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10