On a vu des kangourous se battre pour une femelle qui était à coté et quand papa est venu pour les filmer, ils se sont arrêtés de se battre, et quand papa a rangé l'appareil, ils ont continué à se battre. Et on est reparti, ils ont recommencé à se battre (ils avaient arreté).

On est allé visiter des grottes et on a vu des stalactites qui se reflétaient avec l'eau et qui faisaient un beau château de princesse. Et c'est aussi là que j'ai gagné mon doudou kangourou. On est allé dans une autre grotte, et la dame nous a expliqué qu'une autre dame était passée là et avait reçu de l'eau sur elle, et elle a regardé partout et elle a su que c'était un animal qui lui faisait pipi dessus.

Quand j'ai gagné mon doudou, on a aussi vu un petit cube avec du produit dedans et il y avait aussi des petites souris qui glissaient sur le produit bleu quand on le remuait et on dirait qu'elles glissent sur de la neige et à un moment en le remuant trop fort, il y en a un qui est resté à la surface et un autre qui a coulé dans le produit, et il y en a d'autres qui sont collés ensemble et qui ne peuvent pas se séparer, donc c'était moins marrant. Mais en tout cas, on ne les a pas acheté. Et quand on est sorti, on est allé voir des statues de kangourous et de sortes d'animal et des serpents qui s'enroulaient à des marsupiaux et il y avait même un autre kangourou gris qui était en train de manger une branche d'arbre, par contre, l'autre il avait une patte cassée.

Margaux

 

Jeudi on est parti du camping avec les deux piscines et c'est là qu'on est passé du Victoria à l'Australie du Sud. Maman avait fait le plein dans le frigo mais on a dû tout jeter parce qu'on n’avait pas le droit d'emmener des légumes, des plantes et des fruits en Australie du Sud. On a jeté ça dans une toute petite poubelle, au bord de la route, un peu après la frontière. On a continué et on est arrivé à Mount Gambier, on s'est arrêté pour faire des courses, c'est là qu'on a racheté tout ce qu'on avait jeté, puis on est allé aux "Naracoorte Caves" où il y avait plusieurs petites grottes.

Au début, on est allé dans une grotte qui s'appelait "Alexandra Cave", c'est le moment que j'ai préféré, il y avait une guide qui nous montrait plein de choses et on a vu plein de stalagmites, stalactites, et des colonnes. La dame nous a expliqué que les stalactites et les stalagmites se formaient quand il y avait de l'eau qui tombait du plafond. Elle nous a expliqué que quand l'eau coule trop vite, ça ne fait pas de stalactite, et ça fait un stalagmite, et quand l'eau coule trop lentement, ça ne fait pas de stalagmite mais ça fait un stalactite. Et quand ça coule à vitesse normale, ça fait une colonne. On a vu des fossiles et des os de kangourous qui existaient à l'époque de la mégafaune (époque australienne) et c'est grâce à ces grottes qu'on sait ce qui s'est passé il y a 500 000 ans. La dame nous a dit qu'à la mégafaune, il y avait des serpents de 5 mètres et des lézard grands comme des crocodiles. Sans oublier les diprotodons, les plus gros marsupiaux du monde. On est sorti de la grotte, au bout de la sortie, il y avait une boutique souvenir et papa et maman ont acheté une peluche kangourou à Margaux puis on est allé dans une autre grotte qui s'appelait la “Wet Cave”. Ici, on pouvait se balader tout seul, il n'y avait pas de guide. Après, maman est retournée au camping-car et papa, Margaux et moi sommes allés à la grotte des chauve-souris. Après, nous sommes retourné pique-niquer avec maman et on a été entourés d'oiseaux, il y en a même un qui a essayé de nous piquer quelque chose. Puis, on est retourné encore sans maman, au “Wonambi Fossil Centre”. Il y avait tous les animaux de la mégafaune et une petite galerie, Margaux et moi sommes entrés, elle était trop petite pour papa. C'était drôlement bien ! Puis on est reparti pour aller dans un camping qui n'était pas vraiment comme les autres, il n'y avait pas de jeux et il fallait juste remplir une enveloppe pour avoir le droit de s'installer. Il n'y avait pas d'eau et pas d'électricité. On ne pouvait pas faire la vaisselle et on mangé dans la casserole avec chacun notre petite fourchette. On était entouré de kangourous, c'était drôlement bien, Margaux et moi sommes allés en voir mais à chaque fois qu'on s'approchait un peu plus, ils s'enfuyaient. Après, en poursuivant Margaux, on s'est arrêté parce qu'on a vu des kangourous au bord de la route, on s'est approché, on était à trois mètres des kangourous mais une voiture les a fait fuir quand elle est arrivée.

Le lendemain, on a fait une longue marche sur une dune pour aller à la plage. On avait plein de sable dans les chaussures et on a vu un serpent. Puis on est allé à notre dernier camping où il y avait des jets d'eau (pas pour jouer mais pour arroser les plantes) et Margaux et moi sommes allé dedans. Après, on était tout trempés et on avait très froid. Le lendemain, on est reparti pour aller rendre le camping-car à Adelaide. En ce moment, on est dans un appartement à Adelaide.

Milo

 

Le mot des parents :

 

Warrnambool est la dernière ville de la Great Ocean Road, et aussi un point d’observation important des baleines australes, elles viennent mettre bas au large de Logan’s Beach, et on peut observer les jeux des baleineaux jusqu’au début du mois d’octobre. Nous sommes arrivés deux semaines après le dernier rapport d’observation, pas de chance !

Après Warrnambool, nous avons fait une petite halte à Port Fairy, l’aspect des boutiques le long de la rue principale faisait vraiment penser à une bd de Lucky Luke ! Ensuite, direction Mount Gambier, passage de la frontière entre Victoria et Australie du Sud, avec autour de nous, des forêts d’exploitation, aux arbres tous identiques et bien alignés, sur des dizaines de kilomètres. A Mount Gambier, nous avons bifurqué vers le nord et traversé la réserve forestière de Penola, toujours au milieu d’immenses forêts d’épineux. Et puis plus loin, les arbres ont laissé la place aux vignes et nous sommes arrivés à Naracoorte. Au camping des grottes de Naracoorte, nous avons découvert un principe incroyable et magnifique, le prix est indiqué sur un tableau à l’entrée, on prend une enveloppe dans une boîte, on calcule combien on doit en fonction du nombre de personnes et de nuits passées, on met l’argent dans l’enveloppe et l’enveloppe dans une sorte de tronc. Ils appellent ça une “honesty box”. Bien sûr, ce genre de camping offre le confort minimal, des toilettes, un collecteur d’eau de pluie, une table de pique-nique, parfois des douches et de l'électricité mais pas toujours.

Après la nuit au camping des grottes, nous sommes allés visiter les grottes. Si vous avez l’occasion de passer en Australie du Sud, je vous recommande cet endroit. Par contre, le “Bat Tour”, est à éviter. En guise de visite de la grotte aux chauve-souris, on se retrouve réunis dans une salle avec des télés qui diffusent ce que filment des caméras infrarouges placées dans la dite grotte… bof bof.  Après les grottes, pique-nique rapide et c’est reparti, vers Kingston SE, aux portes du “Coorong National Park”. A partir de Kingston, le paysage consiste en une succession de lacs plus ou moins asséchés, séparés de l’océan par une dune de sable couverte de végétation basse. Nous avons trouvé un camping au milieu du parc, avec à nouveau une honesty box.

Le lendemain matin, nous sommes allés voir la plage, à 1.5 km du camping. Une marche un peu difficile, surtout que je n’avais pas pensé à prendre de l’eau… Ensuite, nous avons longé le Coorong jusqu’à Tailem Bend où nous avons rejoint la Murray River et ses pélicans, et continué la route jusqu’à Mount Barker, pour nous rapprocher au maximum d’Adelaide, notre point de chute final pour rendre le camping-car.

Nous sommes à présent dans un appartement au seizième étage d’un immeuble de North Terrace, et je dois dire que j’apprécie d’avoir à nouveau un sol dur sous mes pieds, de la place pour circuler et un peu d'intimité. Surtout, quand on fait 2, 3, voire 5 heures de route dans une journée, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour le reste. Nous avons passé nos matinées à courir pour quitter la camping à l’heure du check out, nos journées à courir pour arriver au camping suivant avant la nuit, nos soirées à courir pour coucher tout le monde de bonne heure pour ne pas être explosés le lendemain...Heureusement, au milieu de tout ça, les balades, excursions et visites nous laisseront de magnifiques souvenirs, et surtout, les paysages traversés et les animaux rencontrés nous ont totalement émerveillés !

François

 

Salut à tous !

Ce périple en camping car a été une sacrée expérience...relativement fatiguante...mais bien chouette :) Avec des petits moments de purs bonheurs vraiment hors du temps. Notamment, le soir, quand nous découvrions notre nouveau campement à la tombée de la nuit... et que nous tombions sur des endroits incroyables en pleine nature. J'ai 're' découvert les joies du camping et j'ai vraiment préféré les endroits isolés et préservés même si du coup, ça a son lot d'inconvénients et que cela demande à être un poil préparé... et comme d'hab, on fait les choses à notre façon avec François...on s'est donc retrouvé sans eau ni électricité un soir sans vraiment l'avoir anticipé. On s'en est sorti au final !

Nous avons repensé avec émotion à Caroline, la cousine d'Alex, qui nous a expliqué qu'avec ses enfants en voyage (de plusieurs années à bord d'un bateau), ils arrivaient à prendre une douche avec un litre d'eau. On en est bien loin ;)

Milo s'est découvert une vocation pendant ce voyage : il ne veut plus être boulanger...mais reporter photographe d'animaux !! Une partie des photos postées sur notre blog est d’ailleurs prise par lui avec l’appareil photo offert par Laure, sa marraine, l’an dernier. Nous avons eu une discussion très sérieuse avec lui hier soir, où il se demandait s'il arriverait à gagner sa vie avec ce métier ! Je pense que boulanger c'est plus lucratif de nos jours...

Margaux, elle, s'est prise de passion pour le camping-car, elle voudrait y vivre pour "toute sa vie". Je découvre en lui faisant la classe qu'elle a vraiment besoin de donner du sens aux choses pour les apprendre (ça me rappelle quelqu'un ;)... Elle me fait rire, car à chaque nouvelle syllabe, elle essaie de l'intégrer dans un mot et à chaque nouveau mot, de l'intégrer dans une phrase. Et elle s'émerveille de comprendre petit à petit le monde qui l'entoure. C'est assez émouvant... mais cela me demande aussi de la patience (ce qui n'est pas ma plus grande force...)

Il faut bien reconnaître que cette partie de notre voyage aura été fatiguante surtout pour Louison qui a eu bien du mal à se reposer. Ses siestes ne duraient guère plus d'une petite demi-heure... et il y en avait toujours un/une pour faire du bruit et le réveiller…

Nous pensions qu'il pourrait se reposer en roulant mais nous n'avons quasiment jamais fait la route d'une traite puisqu'il y avait toujours un truc à voir. Du coup, nos arrêts le réveillaient systématiquement. En fin de parcours, j'ai souvent laissé François partir avec les deux grands pour nous permettre à Louison et à moi de nous reposer en silence.

La nuit, ce n'était pas tellement mieux pour lui car dans son petit berceau il avait froid. En général, en milieu de nuit, il se réveillait et je le prenais contre moi parce qu'il était glacé.

Et pour finir, nous avons vraiment manqué d'un espace où le poser au sol pour qu'il puisse faire ses petites expériences. Dans le camping car, c'était vraiment “espace réduit”, on le posait sur notre lit mais c'était un support un peu trop mou pour lui. Dehors, il faisait vite froid et surtout, il pouvait y avoir une faune relativement hostile, je n'étais pas tranquille pour l'y laisser.

Résultat, je trouve qu'il n'a pas beaucoup progressé d'un point de vue moteur depuis notre départ (là, c'est la puéricultrice qui parle ;))... Mais bon, il va vite se rattraper, je l'espère !!

Pour la prochaine route en camping-car, il faut que l'on essaie de remédier à tout cela.

Cela ne l'a pas empêché de continuer à gazouiller et à rigoler... à faire des sourires dès qu'on le regarde. Il est vraiment trop chou.

Un soir, on a essuyé une attaque de moustiques en bonne et dûe forme. C’était dans un camping sublime, perdu dans les arbres, près des grottes. C’était l’apocalypse. On avait pourtant fait attention en éteignant les lumières quand on ouvrait la porte mais cela n’a pas suffi. On a passé notre soirée avec François à les traquer et à les tuerà devenir fous.

J’ai très mal dormi. Au final, François et moi avons été assez épargnés mais pas les enfants… à croire que les moustiques s’étaient réfugiés dans leur lit en hauteur. Le lendemain au réveil, ils avaient chacun une vingtaine de boutons… et Margaux a fait une belle réaction allergique comme à son habitude. On est passé à deux doigts d’aller chez un médecin australien.

Ces moustiques étaient vraiment très coriaces car deux jours après, on en trouvait encore dans le camping-car...

Voilà pour les petites news... à très vite !

bises à tous

Sandrine

 

01-Vignes

02-Milo

03-Stalactites

04-Chateau

05-Margaux

06-Family

07-MiloMegafaune

08-MargauxMegafaune

09-Diprotodon

10-RepasCamping

11-Gamelle

12-SandrineLouison

13-CheminDunes

14-MiloMargauxDune

15-RoutePlage

16-Panneau

17-LacSec